Les encres végétales

Qu'est ce qu'on en pense ?

Qu'est ce qu'on en pense ?

1  Tout d’abord, intéressons-nous à la composition des encres d'imprimerie en OFFSET. 

L’huile a pour mission de transporter les pigments du rouleau d’impression vers le papier. 

Il existe deux types d’huile. 

3  Zoom sur l'huile minérale, issue de la pétrochimie.

Certains composants des huiles minérales se sont révélés dangereux pour la santé. Il existe des huiles minérales dites blanches, qui sont dépourvues de ces composants. On les retrouve dans les encres offset Headset, très coûteuses, et donc peu utilisées

4  Les huiles végétales sont issues de différentes plantes issues de l’agriculture.

Autre bémol : la culture de ces plantes se fait parfois au détriment des cultures vivrières locales, c'est-à- dire des cultures alimentaires du pays de production.

 

5 Les cultures de ces plantes se font au détriment des cultures vivrières, c’est à dire les cultures “alimentaire du pays

 

 

6 En plus, pour assurer un meilleur rendement, on pratique la monoculture intensive.

ce qui signifie qu’on utilise très souvent des OGM et beaucoup d’engrais, de pesticides et autres produits phytosanitaires… donc pas top pour l’environnement.

 

7 Et pour couronner le tout on déstabilise notre écosystème, en rasant par exemple des forêts primaires ...

...pour y installer des champs de culture ou en utilisant la fameuse huile de palme ! 

8 Les problèmes avec l’huile de palme, c’est que non seulement sa culture détruit beaucoup de forêts primaires d’Asie du Sud-Est et déstabilise la biodiversité animale et végétale qui y loge… 

… mais l’augmentation de son utilisation dans l’industrie pourrait faire augmenter à termes le prix de cette huile et donc faire monter en flèche les prix des produits alimentaires… 

9 En conclusion, on ne fait pas que du bien à la planète en fabriquant nos fameuses huiles végétales. 

C’est comme partout il faut bien lire les petites lignes pour éviter le greenwashing

10 Et parce-que meme si on se limite, on aura toujours besoin d’imprimer...

Les fabricants cherchent de nouvelles solutions à base de polymères qui ne soient pas issus de la pétrochimie ou de la culture du maïs.

11 Pas bete : le graphisme peut aussi apporter sa pierre à l'édifice : En optant pour un graphisme responsable, moins chargé en encres. 

Cela peut permettre de mettre en valeur de beaux papiers par exemple et surtout d’utiliser moins d’encre.

12 La transition écologique nous pousse à modifier nos habitudes, et donc à être plus créatifs pour communiquer autrement.

 

Fin !


Merci à Aurore Amouroux, responsable de production print, de nous avoir aidé à mieux comprendre le monde des encres !


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.